Interview de Maximilien Bacot, associé fondateur chez Breega Capital – La French Tech 18 mois après : quel bilan ?

#french tech , #startups , #innovation , #écosystème startups , #fonds investissement

En France, l’écosystème de l’innovation produit un terreau fertile à l’éclosion de startups. Parmi les startups françaises, certaines sont de belles « success stories », telles que Critéo ou Blablacar valorisées chacune à plus d’un milliard d’euro. Lancé par le gouvernement français, le label FrenchTech qui a vu le jour il y a maintenant 18 mois, a pour objectif déclaré de « faire de la France entière un vaste accélérateur de startups ». L’initiative French Tech représente 15 millions d’euros destinés à aider les startups françaises à se faire une place sur la scène internationale, notamment à travers le French Tech Hub qui a vu le jour dans plusieurs grandes métropoles mondiales. C’est aussi le Fonds French Tech Accélération (FTA) de 200 millions d’euros géré par la BPI destiné à être investi dans des accélérateurs ou des fonds d’investissement afin d’aider les startups d’un point de vu à la fois opérationnel et financier. Breega Capital est le premier fonds d’accélération ayant levé auprès du FTA.

Aussi, un an et demi après le lancement de la French Tech, j’ai demandé à Maximilien Bacot, associé fondateur chez Breega Capital, de dresser un bilan global de cette initiative.

Soukeïna Chatt : Après 18 mois, comment perçois-tu l’initiative French Tech et son impact sur l’écosystème entrepreneurial?
Maximilien Bacot : Je vois l’initiative French Tech comme une vitrine qui permet de mettre en avant le savoir-faire français et de montrer que l’on aime le représenter. Au delà du rayonnement à l’international, ce label French Tech permet de générer une émulation créative, dynamique et de fédérer les écosystèmes en région. 18 mois après la création du label, de belles réussites ont émergé et certaines régions ont été mises en lumière grâce aux labellisations French Tech. Je pense notamment à Nantes, Rennes et Aix en Provence.

Et à l’international, le label French Tech a-t-il fait bouger les lignes ?
Historiquement, en France, nous avons toujours eu de belles success stories et de grands talents mais nous ne sommes pas les meilleurs pour le faire savoir. A contrario, les américains ou les israéliens savent très bien se vendre. Même pour des entreprises très jeunes. En France, la French Tech est là pour affirmer haut et fort que nous avons des entrepreneurs brillants, qui savent s’expatrier, avec un dynamisme sans précédent. 


Le French Tech Ticket est un programme destiné aux créateurs d’entreprises étrangers afin de les aider à s’installer en France. La France est-elle à cours de pépites ?
Le French Tech Ticket est une occasion pour nous de montrer aux yeux du monde que la France peut être aussi bien exportatrice de talents à l’étranger qu’une terre d’accueil pour les étrangers désireux de lancer leur business en France. Cette initiative permet de symétriser ces relations. Elle est d’autant plus intéressante que si ces entrepreneurs qui viennent en France arrivent à développer leur entreprise, des emplois seront créés. Au delà de l’aspect purement économique, cet échange de talents et de matière grise apporte une certaine ouverture d’esprit. Et cet apport culturel n’a pas de prix.


Pour résumer, ton bilan de l’initiative French Tech est positif ?
En effet, je trouve que le bilan est très positif car les choses ont été faites dans le bon sens. L’approche était bonne. Il y a particulièrement deux aspects que je trouve très positifs dans ce bilan. Tout d'abord, la poche d’investissement FTA gérée par la BPI qui permet de financer des fonds comme Breega Capital est un outils financier indispensable permettant d'aider les startups à décoller à travers un apport financier et opérationnel. Enfin, je trouve particulièrement positif et que j'ai déjà évoqué plus haut, est la force du label French Tech de rassembler et de fédérer l'entrepreneuriat français en région.

Par Soukeïna Chatt

Copyright @ Breega 2016 | Legal

Have an awesome Wednesday!